4.3 - Contre-collage

mise à jour: 05/12/2008

Description

A proprement parler, il s’agit plus d’un procédé opératoire que d’une technique de marquage. L’impression est par sérigraphie ou par tirage numérique sur un film mince adhésif qui est ensuite contrecollé sur une plaque-support.

Usage

Adapté à la reproduction d’images couleurs. C’est le moyen le plus répandu d’utiliser les procédés d’impression numérique qui sont très adaptés à la réalisation de pièces uniques ou en moyen nombre avec une grande facilité de remplacement.

L’utilisation en sérigraphie est possible et permet de limiter les transports de plaques de matériaux (du fabricant vers l’imprimeur et de celui-ci vers l’usager). Par contre, pour le remplacement, il faudra prévoir une plaque support contrecollée et stockée à cette fin. Stocker le vinyle seul, n’est possible qu’un an. Au delà, il n’y a plus de garantie d’un contrecollage optimum, parce que les encres altèrent les qualités de la colle. 

Il est possible d’utiliser des films à contrecoller pour :

  • assurer la protection d’une surface de marquage (il existe de nombreux produits résistants aux UV et certains sont anti-tags et/ou anti-griffes).
  • intégrer un dos de panneau blanc dans un paysage (pour 35 € le m² on peut sérigraphier n’importe quelle couleur sur un film – ou coller un vinyle teint dans la masse, les gammes sont très étendues, et il y a toujours moyen de trouver une couleur pour mieux intégrer la signalétique dans l’environnement ou l’harmoniser avec le design)

Procédé

Le contre-collage de grandes surfaces se fait au laminateur ou à la main avec des produits mouillants pour éviter d’emprisonner des bulles d’air. Il nécessite un certain savoir faire.

Matériaux associés

Film vinyle.

Prix indicatif

35 € par mètre carré.

 

Table des matières